L’année 2020 a-t-elle été écrite par Stephen King et réalisée par Quentin Tarantino ? Au tournant de l’année, le mot « rugissant » a été fréquemment utilisé. Et ce fut une année rugissante. YouTube a décidé de ne pas publier la compilation annuelle « Rewind » en 2020 « parce que cela ne semble pas approprié… ». En 2020, les choses se sont accélérées, ont ralenti et se sont inversées. Mais que nous réserve alors 2021?

bâtiment vitre tour

1. La santé mentale : la « nouvelle » dimension pour les entreprises

L’épidémie de COVID-19 a accéléré de nombreuses tendances et exposé des choses qui étaient déjà sous pression. Je n’exclus pas la possibilité que, si nous nous parlons dans cinq ans, nous considérions 2020 comme un renversement de tendance dans notre histoire. Voici les 7 tendances qui vont changer le secteur de l’immobilier en 2021.L’année 2020 nous a appris ce qui est vraiment important : la santé, la famille et les amis et une connexion internet stable et à haut débit. En 2020, le plus grand défi mental jamais lancé a débuté. Les plus grands effets de cette expérience doivent encore être observés. La distance sociale et physique a un impact majeur sur la santé mentale des gens. Comment s’adapter à cette réalité ? Comment créer un bon équilibre à la maison ? Comment collaborez-vous numériquement avec vos collègues ? Comment répartir son temps ? Comment s’assurer que l’on peut travailler dans un bureau sain et sûr ? La santé au travail était déjà sur la carte, en partie facilitée par la norme WELL.

La santé restera une question dominante en 2021 et la santé mentale deviendra une dimension supplémentaire des préoccupations des entreprises. Les managers auront un défi supplémentaire à relever pour (continuer à) prêter attention à la santé mentale (solitude, stress, mal du pays pour voir des collègues de collègues). Les activités de plein air (une simple marche de 15 à 30 minutes par jour fait une grande différence dans votre fonction immunitaire, voir aussi shinrin yoku) et les activités de yoga/de pleine conscience sont stimulées. Les bureaux sains, sûrs et écologiques (purifiant l’air) figurent encore plus haut sur la liste des priorités. Le département « People & Culture » (anciennement RH) jouera un rôle plus important dans la prise de décision de l’organisation et sera chargé de répondre à la question « que signifie la santé au XXIe siècle ? ». Et nous recherchons la « confiance physique » (comme l’intimité, la poignée de main) les uns envers les autres, dans le cadre d’une évolution mentale.

2. Approfondissement de l’ESG

Pendant des années, les questions ESG ont reçu peu d’attention de la part des investisseurs. Aujourd’hui, les investisseurs institutionnels et les fonds de pension sont devenus trop gros pour se diversifier et négligent les risques systémiques et de transition. Ils doivent prendre en compte l’impact climatique et social de leurs portefeuilles, en raison de leur importance financière à long terme (par exemple : le paiement de nos pensions au cours des 100 prochaines années).

L’importance accordée à E, S et G évolue. Au niveau mondial, le nombre d’indices ESG – selon l’étude de référence annuelle de l’Index Industry Association en septembre 2020 – a augmenté de 40 %. Les facteurs ESG ne sont pas seulement  » agréables à avoir « , mais des forces pour mieux performer / perdre moins. L’investissement dans le bien social devient enfin rentable. La région Océanie est arrivée en tête (avec un score moyen de 77) du classement mondial du Global Real Estate Sustainability Benchmark (GRESB) – la référence internationale en matière de performance ESG des investissements dans l’immobilier et les infrastructures.

Malgré les rapports ESG, le plus grand obstacle est la mauvaise qualité ou disponibilité des données dans les organisations pour une mise en œuvre plus profonde et plus large de l’ISR. Malgré cela, l’obligation de faire des rapports sur l’ESG augmente, tout comme le nombre de solutions logicielles pour faciliter les rapports, permettant un approfondissement et un élargissement. 2020 a été l’année du social. À la suite de l’épidémie de Covid-19, des questions telles que les conditions de travail, l’appréciation, la solitude, la santé (voir tendance 1) et la sécurité, la chaîne de valeur, la protection des données et la confidentialité, la satisfaction des clients obtiennent plus d’attention.

Je m’attends à ce qu’en 2021, il devienne évident que la durabilité soulève des questions beaucoup plus profondes sur notre structure socio-économique. Le nombre de sociétés immobilières qui formulent une « déclaration d’intention » va continuer à augmenter. Les efforts visant à accroître l’implication des cadres intermédiaires et des parties prenantes feront l’objet d’une attention accrue. Davantage d’investissements sont également réalisés dans les logiciels ESG et l' »activisme des actionnaires » va se développer. En 2021, l’AirScore sera inclus dans les certificats de construction accrédités pour le cycle de reporting GRESB 2021, une conséquence logique au vu du débat sur la qualité de l’air.

3. Le décodage du travail se poursuit

Il était une fois un code programmé pour se rendre chaque jour dans un bureau pour travailler. Puis est arrivé un virus avec un gros museau… Le conseil pressant de travailler à la maison crée un rythme « Dormir-Remporter-Manger-Répéter ». Le bureau est-il mort ? Non, ce n’est pas le cas. Parce qu’il existe de nombreuses raisons pour que les gens se réunissent. La question est de savoir quel est l’avenir du travail et quels rôles y joueront l’espace physique et l’espace numérique. Le siège social restera-t-il un lieu physique ou deviendra-t-il 100 % virtuel ou aurons-nous un modèle « Hub-and-Spoke » ?

L’année 2020 a suscité de nombreuses questions de la part des entreprises. Certaines ont déjà fait une « déclaration WFH ». Twitter a annoncé à ses employés qu’ils pouvaient travailler à domicile « pour toujours ». Google va prolonger le travail à domicile de ses employés jusqu’à l’été 2021. Pinterest annule le bail d’un énorme bureau à SF dans le projet 88 Bluxom non construit, invoquant le passage au travail à domicile et payant des frais uniques de 89,5 millions de dollars.

D’autres cherchent des réponses. Comment garantir un environnement de travail flexible, sain et sûr à nos collègues et partenaires ? À quoi ressemble notre organisation de l’avenir ? Comment organiser le bureau de manière à ce qu’il soit conforme à notre « déclaration d’intention » ? Comment faciliter l’innovation ? Cette réflexion sera poursuivie.

En 2021, nous travaillerons de manière hybride. La rurbanisation (retrait à la campagne) se poursuivra. Nous cherchons et expérimentons des réponses aux questions ci-dessus. La WorkTech et la technologie immersive vont se développer, émerger et s’acquérir. La relation entre les propriétaires et les locataires/utilisateurs va prendre une tournure différente, car de nombreux conseils d’administration se penchent sur leur portefeuille de bureaux. Nous continuerons à décoder le travail et AC/BC sera présent sur de nombreuses scènes l’année prochaine.

4. L’action climatique et la course vers zéro

Nous vivons dans l’Anthropocène. Il s’agit d’une époque où le climat et l’atmosphère sont affectés par l’activité humaine. Le film « Une vie sur notre planète » de Sir David Attenborough a dépeint les activités humaines sur notre planète de manière impressionnante et a été regardé par des millions de personnes. 2020 est également l’année où Larry Flint déclare dans sa lettre annuelle que le risque climatique est un risque d’investissement. L’Europe a exprimé son ambition d’être neutre en CO2 d’ici 2050 (exprimée dans le Green Deal européen). Le Japon, le Royaume-Uni, le Danemark et la Corée du Sud ont également déclaré vouloir être neutres en CO2 d’ici 2050 et la Chine d’ici 2060. La Norvège et la Suède s’efforcent de devenir une économie nette de carbone en 2030 et 2035.

Blackrock a publié les résultats d’une enquête mondiale montrant que plus de la moitié des répondants mondiaux – 54% – considèrent l’ISR comme fondamental pour les processus et les résultats d’investissement. 86 % des répondants de la région EMEA ont déclaré que l’investissement durable est déjà – ou deviendra – un élément central de leurs stratégies d’investissement. Le développement durable est là pour rester. Amazon a annoncé son intention d’investir 10 milliards de dollars dans le climat par le biais du Fonds pour la Terre. IKEA et Microsoft ont déclaré vouloir être négatifs en termes de CO2 d’ici 2030 et Interface a formulé la mission régénératrice Climate-Take-Back. Les sociétés PropTech Wondrwall (UK) et iWell (NL), axées sur l’énergie, sont devenues respectivement numéro 1 et 2 lors des PropTech Startup & Scale-up Europe Awards. La société néerlandaise Econic (anciennement THE FCTR E/ ZON) a levé un investissement de 10 millions d’euros pour poursuivre son expansion.

La technologie climatique, y compris l’écologie, est en vogue. L’Europe est en train d’émerger comme une puissance pour les start-ups écologiques. Le montant des fonds investis dans les entreprises technologiques « net zéro » a plus que doublé en un an. En comparaison, le financement des entreprises américaines n’a augmenté que de 16 % sur la même période et les investissements dans les entreprises « net zéro » en Chine ont diminué de 30 %. Pendant ce temps, les solutions ClimateTech telles que le générateur d’électricité à partir d’eaux usées, la fission à base de thorium, le biomimétisme, les matériaux récupérateurs d’énergie, la capture du carbone et le stockage de l’énergie par sels fondus font leur apparition.

D’ici fin 2021, les investisseurs proposant des fonds en Europe comme « écologiquement durables » devront expliquer comment et dans quelle mesure ils ont utilisé la taxonomie pour déterminer la durabilité des investissements sous-jacents. La régénération, la responsabilité et la résilience (les 3R – pour le bien) deviendront la nouvelle durabilité (faire moins de mal). En 2021, les « émissions de portée 3 » feront l’objet d’une attention accrue. La question du carbone incorporé sera abordée plus souvent, car elle constitue aujourd’hui un angle mort important. La réduction des émissions de carbone ne se limite pas à l’utilisation opérationnelle de l’énergie dans les actifs. Les matériaux ont également une empreinte carbone. La course au zéro carbone bat son plein.

batiment habitation immobilier

5. 15 minutes de villes intelligentes

D’ici à 2020, le virus Corona aura changé l’atmosphère de la ville et posera les défis nécessaires pour assurer la qualité de vie. Les « villes en 15 minutes » peuvent-elles offrir une solution ? L’idée des « villes 15 minutes » est de régénérer les villes et de fournir aux habitants tout ce dont ils ont besoin dans un rayon de 15 minutes (à pied ou à vélo) autour de leur domicile. Paris rénove déjà sept grandes places pour les rendre plus conviviales pour les piétons et les cyclistes, et Portland, Détroit, Barcelone, Londres, Melbourne et Milan ont des projets similaires. Face à des défis extraordinaires, 36 villes pionnières tracent la voie vers un avenir plus éthique et responsable. La construction de villes meilleures a commencé.

En 2021, la recherche de villes responsables, résilientes et régénératrices se poursuivra, car le contraire n’est plus viable. Les objectifs de développement durable seront utilisés avec plus d’insistance comme cadre pour façonner ces villes intelligentes de 15 minutes. Les concepts de villes intelligentes seront tenus en échec en raison de la persistance de notes critiques sur l’utilisation des données, l’identité et la vie privée.

6. Nouveau leadership numérique et durable

Pendant 10 ans, nous avons vécu dans un marché à tendance positive, où l’excellence opérationnelle régnait. L’innovation n’était pas vraiment nécessaire. C’était plutôt « agréable à avoir ». Cette situation est en train de changer, car la demande de produits numériques et durables augmente rapidement. Nous sommes au début de la grande réinitialisation.

Nous sommes confrontés à des défis mondiaux (ODD) tels que la santé et le bien-être, le changement climatique, l’urbanisation, etc. Les gens & les clients attendent des produits/services et des modèles commerciaux intelligents et durables. De nouveaux acteurs entrent sur le marché et gagnent des parts de marché. De nouvelles lois, réglementations et budgets verts et numériques sont adoptés et préparés. Et le système socio-économique actuel grince de toutes parts.

Une étude internationale montre que 86 % des PDG estiment qu’il faut « recentrer » le système économique, mais que seuls 32 % d’entre eux ont fixé des objectifs stratégiques dans ce sens. La seule façon de se redresser durablement et numériquement est d’investir et d’innover vers un avenir numérique et durable. Les changements sont trop complexes et trop importants pour être traités par des tactiques traditionnelles. Les temps nouveaux appellent de nouveaux leaders.

En 2021, des entreprises émergeront qui joindront le geste à la parole et investiront dans un avenir numérique et durable. Elles ne rechercheront pas le « marketing » comme ces dix dernières années. Elles rechercheront le leadership intellectuel, l’acquisition de nouvelles compétences, de nouvelles idées et des moyens d’atteindre leurs objectifs et de mettre en place un programme stratégique à l’épreuve du temps pour mieux reconstruire.

Une dernière chose…

2020 était « inconfortable ». 2020 a peut-être été le catalyseur d’une renaissance vers un urbanisme et une architecture régénérateurs, responsables et résilients. 2021 ne sera pas un film Disney sucré et juteux. Ce qui me dérange, c’est l’énorme bulle de dette qui pourrait s’effondrer en 2021. 2021 peut plutôt se refléter dans Matrix, où nous devons faire des choix entre pilules rouges et pilules bleues. Je vous souhaite d’avoir la sagesse de faire les bons choix !

Catégories : Immobilier

Tristan

Pris de passion par de nombreuses thématiques et notamment, l'énergie, les aides et le bricolage, j'ai souhaité mettre en valeur sur ce blog des thématiques qui m'intéressent et sont particulièrement utiles. J'essaye de publier régulièrement pour fournir des informations et mon point de vue sur les choses.

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *