Pour réaliser des économies d’eau, il est possible de mettre en place une installation de récupération des eaux de pluie. Vient alors la question du coût. Celui-ci dépend, entre autres, de l’installation choisie et de ses caractéristiques. Voyons cela ensemble.

Le coût d’un système de récupération des eaux de pluie

Si l’installation est pensée au moment de la construction d’une maison, son montant sera bien moindre. En effet, lors du terrassement de la maison, il sera possible de creuser un trou qui accueillera la cuve. Mais d’autres facteurs sont également à prendre en compte.

Différents modèles de récupérateurs d’eau de pluie

L’un des premiers paramètres à considérer est la quantité d’eau à récupérer – soit sa taille – ou encore l’usage qui en sera fait. Un système raccordé au réseau de la maison est plus complexe à mettre en place et coûte alors plus cher qu’une cuve de récupération d’eaux pluviales pour arroser le jardin.

Plusieurs modèles sont commercialisés : 

  • des cuves enterrées en béton : elles sont plus économiques, mais nécessitent d’être installées au moyen d’une grue ;
  • des cuves enterrées en polyéthylène : plus légères, elles sont toutefois plus chères et il est nécessaire d’y disposer des pierres de calcaire afin de neutraliser l’acidité des eaux pluviales ;
  • des réservoirs hors sol : ils sont certes moins coûteux, mais aussi moins pratiques et peu esthétiques.

Différents volumes sont également proposés : 200 litres, 500 litres, 10 000 litres, etc. La dimension du récupérateur d’eau dépend de la surface du toit, mais aussi du niveau de pluviométrie de la région.

Dans tous les cas, considérez tous les éléments qui composent le système de récupération d’eau de pluie et qui peuvent faire varier le prix :

  • la surface de captage ;
  • le système d’acheminement ;
  • le réservoir de stockage.
Réservoir de récupération de l'eau de pluie

Estimation des prix

Le prix d’une cuve de récupération d’eaux pluviales dépend principalement :

  • de la marque ;
  • du modèle ;
  • de la capacité de contenance de la cuve (le volume) ;
  • de son matériau ;
  • des spécificités du dispositif (comme le type de pompe pour capter l’eau, le gestionnaire alimentaire ou encore le type de filtration) ;
  • de son installation (et notamment d’éventuels travaux de terrassement).

Attardons-nous brièvement sur quelques particularités. Vous pouvez opter pour une pompe immergée ou bien une pompe de surpression, faisant varier le prix de 200 à 500 €. Concernant le type de filtration, il existe l’osmoseur (500 à 1 500 €), le stérilisateur UV (entrée de gamme à partir de 150 €), le filtre céramique (environ 100 € par an, car il est à changer tous les ans) ainsi que le filtre à charbon actif (entre 20 à 100 € par cartouche).

L’Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (ADEME) estime que le coût d’un système de récupération des eaux de pluie se situe entre 4 000 et 6 000 €, en comprenant la pose et la main-d’œuvre. Toutefois, il est possible de constater une variation de prix allant d’une centaine à des milliers d’euros (soit 150 à 15 000 € environ). Il est donc préférable de demander plusieurs devis auprès de professionnels différents. Cela vous permettra également de déterminer le modèle adapté aux besoins de votre logement : arrosage du jardin ; nettoyage de voitures ; nettoyage du sol ou encore alimentation des chasses d’eau.

Gouttière de récupération des eaux de pluie

Au préalable de l’installation du système de récupération d’eau

Avant l’installation d’un récupérateur d’eau de pluie, il est possible de mettre en place un système de drainage. Il permet de désengorger le terrain en cas de déferlement d’eau. Celui-ci est à envisager dans le cas d’un risque d’inondations en fonction du dénivelé du terrain.

Concernant la citerne à proprement parler, elle peut être posée hors sol ou, le plus souvent, être enterrée dans le jardin.

Financement du projet avec des aides de l’État

Dans le cadre de la transition écologique, l’État a mis en place des aides à destination des particuliers pour financer une partie de leurs travaux d’amélioration énergétique comme la TVA réduite à 10 %. Vous pouvez également vous renseigner sur les subventions des collectivités locales.

Sachez qu’il n’est pas possible de bénéficier de crédit d’impôt ni de l’aide MaPrimeRénov pour financer un dispositif permettant de récupérer l’eau de pluie.

Enfin, vous êtes dans l’obligation de déclarer à votre mairie votre système de récupération d’eau de pluie et d’évaluer avec précision les volumes utilisés.

Catégories : Équipement

Tristan

Pris de passion par de nombreuses thématiques et notamment, l'énergie, les aides et le bricolage, j'ai souhaité mettre en valeur sur ce blog des thématiques qui m'intéressent et sont particulièrement utiles. J'essaye de publier régulièrement pour fournir des informations et mon point de vue sur les choses.

0 commentaire

Laisser un commentaire

Avatar placeholder

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *