La Commission européenne présente sa stratégie hydrogène. Le projet diffère sur des points essentiels des plans du gouvernement fédéral.

la Commission européenne veut présenter deux stratégies qui traceront le chemin de l’Europe vers le monde énergétique de demain et donneront en même temps une impulsion économique pour la période qui suivra la fin de la pandémie corona.

D’une part, l’autorité bruxelloise présentera sa stratégie hydrogène, et d’autre part, elle présentera son programme d’intégration des systèmes énergétiques. Les deux concepts doivent être considérés comme complémentaires.

Le document sur l’intégration des systèmes énergétiques contient un certain nombre de plans concrets. La Commission a annoncé des propositions de révision de la directive européenne sur la taxe sur l’énergie. L’objectif est d’adapter la taxation de l’énergie à la politique environnementale et climatique de l’UE et d’harmoniser la fiscalité pour la production et le stockage de l’hydrogène, selon le document.

En outre, les signaux de prix du CO2 devraient être plus clairs dans tous les secteurs énergétiques. D’ici juin de l’année prochaine, la Commission souhaite présenter des propositions visant à élargir l’échange de droits d’émission. En outre, des efforts plus importants devraient être faits pour supprimer les subventions aux combustibles fossiles. Cela devrait être fait du point de vue de la législation sur les aides d’État, mais également dans le cadre de la révision prévue de la directive sur la taxe sur l’énergie.

Il existe des subventions pour les combustibles fossiles dans presque tous les pays de l’UE. Rien qu’en Allemagne , selon l’Agence fédérale de l’environnement, ils s’élèvent à des milliards à deux chiffres chaque année. Un exemple typique est l’exonération de la taxe sur l’énergie pour le kérosène.

Selon la volonté de la Commission, l’électricité ne devrait plus être taxée de manière asymétrique par rapport aux autres sources d’énergie.

Le plan en trois phases pour l’hydrogène

La stratégie hydrogène de la Commission européenne repose sur un plan en trois étapes. Dans un premier temps, les premiers électrolyseurs pour la production d’hydrogène vert d’ une puissance allant jusqu’à 100 mégawatts doivent être mis en œuvre. La production existante d’hydrogène à base de gaz naturel doit être rendue aussi exempte de CO2 que possible dans les années à venir en modernisant les systèmes existants: à l’avenir, le CO2 rejeté doit être séparé et stocké (Carbon Capture and Storage, CCS en abrégé). Beaucoup d’argent de l’UE afflue déjà dans ce domaine.

Phase deux

Dans la phase deux, l’accent est mis sur l’expansion des capacités de l’électrolyseur. La Commission espère que cela se traduira par une réduction significative des coûts de production d’hydrogène vert. Dans cette phase, des points focaux locaux pour la production d’hydrogène, appelés «vallées d’hydrogène», doivent être créés.

Là, de l’hydrogène vert doit être produit, transporté sur de courtes distances et également consommé. La Commission européenne poursuit une approche modulaire: les centres régionaux peuvent croître en même temps que la demande croissante, à la fin du processus, selon les idées de la Commission européenne, l’épine dorsale d’une infrastructure européenne de l’hydrogène est créée.

Phase trois

Dans la troisième phase entre 2030 et 2050, l’hydrogène propre doit être utilisé à grande échelle dans les secteurs pour lesquels la décarbonisation n’est pas possible sans hydrogène, par exemple dans l’industrie sidérurgique. Pour aider l’industrie à faire face aux coûts énormes associés à l’utilisation de l’hydrogène vert, la commission prévoit de développer des modèles de contrats carbone pour la différence. Derrière cela, il y a des garanties d’État pour un certain niveau du prix du CO2 pour les entreprises qui investissent dans la protection du climat.

En outre, la Commission promeut des solutions de quotas pour l’utilisation de l’hydrogène vert dans divers secteurs. Cela devrait créer des marchés de vente fiables.

Dans de nombreux endroits, la stratégie hydrogène de l’UE poursuit des objectifs similaires à ceux de la stratégie nationale sur l’hydrogène que le cabinet fédéral a décidé au début du mois de juin. À certains moments, la Commission va au-delà du concept allemand.

Il est peu probable que l’initiative de la Commission de combiner des usines existantes de production d’hydrogène au gaz naturel avec des usines de CSC soit approuvée dans certains pays comme l’Allemagne. En Allemagne, «l’hydrogène bleu» produit à partir de gaz naturel en combinaison avec le CSC est au mieux toléré.

Il n’y a aucune disposition de la grande coalition pour traiter le problème du CSC. La Commission européenne entretient également une relation plus détendue avec les carburants électroniques, des carburants synthétiques produits à partir d’hydrogène vert.

Les entreprises saluent l’initiative de la Commission européenne. « La stratégie de l’UE sur l’hydrogène est une étape très décisive pour le développement d’une économie européenne efficace de l’hydrogène et la décarbonisation de l’Europe », a déclaré à Handelsblatt le patron d’ Uniper , Andreas Schierenbeck .

Avec la stratégie d’intégration des systèmes énergétiques présentée au même moment, la Commission « indique clairement que l’hydrogène sera nécessaire en tant que troisième pilier du système énergétique du futur aux côtés de l’efficacité énergétique et de l’électrification », a-t-il déclaré. En tant qu’entreprise européenne possédant une expertise et une expérience pratique dans le domaine de l’hydrogène, Uniper y participera de manière exhaustive, a annoncé Schierenbeck.

Bruxelles espère un marché d’un milliard de dollars

Pour l’UE, une stratégie hydrogène réussie n’est pas seulement importante d’un point de vue climat-politique – Bruxelles espère également un marché d’un milliard de dollars et une position de leader sur le marché mondial. D’ici 2030, le développement d’une économie de l’hydrogène pourrait créer 140 000 emplois et les technologies Power-To-X pourraient atteindre un volume de marché allant jusqu’à 140 milliards d’euros, selon un document de stratégie préliminaire.

C’est exactement ce sur quoi de plus en plus d’entreprises du secteur de l’énergie et de l’industrie s’appuient. Que ce soit avec des mégaprojets comme NortH2, un consortium auquel participent le géant pétrolier néerlandais-britannique Shell et l’opérateur du réseau gazier Gasunie. Le plan est de construire un parc éolien de trois à quatre gigawatts avec un système d’électrolyse correspondant d’ici 2030.

Catégories : Aides

Tristan

Pris de passion par de nombreuses thématiques et notamment, l'énergie, les aides et le bricolage, j'ai souhaité mettre en valeur sur ce blog des thématiques qui m'intéressent et sont particulièrement utiles. J'essaye de publier régulièrement pour fournir des informations et mon point de vue sur les choses.

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *